7 décembre 2022

Mikaben : chanteur d’Haïti

Le bicolore haïtien autour du cou, Mikaben s’est effondré avant de rendre l’âme sur la scène de l’Accor Arena de Paris, le samedi 15 octobre 2022. Durant toute sa prestation à ce concert de retour du groupe CaRiMi, le chanteur a porté Haïti jusqu’à ses derniers instants.

Mika est parti avec sa patrie. A Bercy, devant près de 15 mille spectateurs, il a rendu, pour une dernière fois, hommage à ce pays qu’il a longtemps chanté sur albums solo et singles. « Ayiti se… », « Pa kapab ankò », « Rough Neck Fools », « Nwèl tristès », « Yon ti souf pou Ayiti », « Ayibobo » … toutes des chansons qui témoignent de l’attachement de Michael Benjamin à Haïti. Haïti a été sa muse.

« Ayiti cheri w mèt kwè m

Pa gen anyen k ap fè m kite w

M ap toujou la pou ou cheri ».

Lorsque Mika avec sa guitare sèche chantait ces paroles qu’on retrouve sur le morceau « Ayiti se… » à chacune de ses prestations, on ignorait qu’il allait les vivre jusqu’à ses ultimes moments sur un podium. De ses débuts de jeune artiste, au concours de chants « Konkou chante Nwèl » sur la télévision Telemax avec son titre « Nwèl tristès » en 1999, à son statut de chanteur accompli de 41 ans dans la grande salle de l’Accor Arena à Paris, Mikaben ne s’est jamais départi du pays de Dessalines.

Avec sa plume et sa voix, le fils du chanteur et compositeur Lionel Benjamin a toujours été un chanteur d’Haïti. A date, « Ayiti Se… » sortie en 2012 demeure sa chanson la plus populaire consacrée à sa chère patrie. Cette chanson que le polyvalent Mika a léguée aux Haïtiens quelques années après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, est un portrait vivant de ce pays dans lequel on vit avec tant de contrastes.

« Ayiti Se… » décrit Haïti dans toute sa beauté, son charme naturel sa richesse gastronomique et sa spontanéité. Tout comme, elle présente l’autre Haïti : celle qu’on connaît dans toute sa disgrâce, sa pauvreté et sa honte.

Avec douceur, la voix de « Si m te gen zèl » a mis sous nos yeux les deux faces d’une seule et unique médaille.

« Ayiti se bèl lanmè, se bèl montay ak bèl rivyè

Se bèl plaj ak pye kokoye, bèl peyizaj ak bèl koulè

Ayiti se sant kafe k ap monte nan nen m lematen

Se sant lawouze k fèk poze Pou flè dizè ka boujonnen

Ayiti se yon konbit peyizan k ap sèkle latè

Se ti machann yo k ap desann pou y al goumen ak lavi chè

Ayiti se timoun yo k ap reve de yon bèl avni

Se dlo rigòl la k ap desann

Pa konn kote l pral ateri

Ayiti se anba tant lan depi apre 12 janvye

Se labou k lev on move sant chak lè yon ti lapli fin tonbe ».

Sur son premier album, « Vwayaj », paru dans les années 2000, Benjamin fils a dédié les deux premières chansons à sa nation. « Rough Neck Fools » d’abord et sa chanson de Noël, « Nwèl tristès », qu’il chante avec sa sœur Mélodie, ensuite. Dans ces deux compositions, il explique certains problèmes sociaux confrontés par des Haïtiens. Des problèmes auxquels il dit être exposé depuis son enfance et pour lesquels il recommande à ses compatriotes l’unité comme l’une des solutions, sur « Rough Neck Fools ».

« Depi mwen piti peyi m nan traka

Se pou tèt sa mwen pral chante jodi la

Mwen pral mande poukisa l ap soufri konsa

Men m p ap dekouraje m ap toujou gen lespwa

Paske yon jou l a vanse

Fòk Ayisyen rasanble

Pou peyi nou ka sove

Fòk nou tout sere kole

Manman ak pitit ape soufri

Ti machann sou twotwa ape pèdi lavi

Apresa nou pral mande m pouki m pa konn ri

Se paske chak jou mwen wè anpil mandyan nan lari

Kè m fè m mal lè mwen wè yo

Mwen ta renmen ede yo ».

Dans « Nwèl tristès », il emmène son auditoire dans les rues d’Haïti pour lui faire vivre de près cette misère dans laquelle baigne tous les jours une couche de la population haïtienne. Cette couche à qui Noël n’a jamais souri.

« Yon 24 desanm mwen t ap mache nan lari Pòtoprens

Se avèk tristès mwen rankontre yon ti pòv k ape di mwen

Pou mwen sa se pa Nwèl, s on flèv mizè k ape koule

Ou kapab trouve l bèl, ou gen fanmi ki pou gate w

Mwen menm m pa gen pèsonn, mwen just ap bat dlo pou m fè bè

Si w wè m mande lemond, se paske m vle yon Nwèl meyè

Yon 24 desanm mwen t ap mache nan lari Petyonvil

Ti kè m dechire lè m t ap gade yon ti granmoun k ape plenyen

Depi 75 an m ap mennen yon vi difisil

Pa gen yon moun ki f on jan pou ban m yon ti dra pou m kouvri m

Ou te mèt pa gen nanm, ou dwe konprann jan m ap soufri

Bondye si w te ka pran m, mennen m avè w pou m sa souri ».

À l’instar de ce premier opus, Mikaben avec « Pa kapab ankò », musique en sixième position sur son deuxième album titré « Mika » (2004), n’a pas changé la donne. Haïti est encore présente dans son œuvre. Il traite à nouveau de la précarité des plus démunis vivant dans des quartiers populaires en Haïti, dont Cité Soleil, et du grand déséquilibre social régnant dans le pays.

« Flèv mizè ap koule nan yon nasyon…

Lè pou w soti fò w fè trè atansyon

Kominike, gen kouvrefe

Men tansyon ap monte…

Fatra nan lari

Maladi gaye san paspouki

San enfrastrikti

Ni jèn èske s on pèp k ap viv…

Anpil diferans sosyal, segregasyon

Chaje resous men g on movèz repatisyon ».

Il en a fait de même sur son troisième album « Atis lokal p ap janm lague » sorti en 2010. À la seule différence, il a convié d’autres artistes comme son père Lionel Benjamin, Mickael Guirand, T-Jo Zenny, Tifane, BélO, Sébastien Pierre, Olivier Duret, Stanley Georges, Roosevelt Jean-Noël, entre autres, pour signer le premier titre « Yon ti souf pou Ayiti » après le séisme dévastateur du 12 janvier. Sur cette chanson, Mika et ses pairs proposaient de partir sur de nouvelles bases pour la reconstruction du pays.

« An n pase an aksyon pou n bati yon nasyon

Nou bezwen disiplin ak bon kowòdinasyon

Nou pral fè fòmasyon ak bon edikasyon

Pati sou nouvo prensip e mete yo ann apilkasyon

Nou menm atis nou vle pou n kontribye

Mete men nou ansanm pou nou ede

Nou vle pou n fè yon sèl pou Ayiti pi bèl

Yon jou la va klere k on lakansyèl ».

Et jusqu’à son dernier disque « MKBN » (2018) rien n’avait changé avec « Ayibobo », chanson sur laquelle il chante les prouesses d’Haïti à travers l’histoire et la culture haïtienne, en compagnie de Paul Beaubrun.

« Haïti, mon pays, ma patrie

Mwen vin pale nan non ou cheri

Tout sa m di, yo soti nan zantray ou

Tout lwa yo, espri yo, ginen yo, tout voye m f on ti pale pou yo

Chovi yo, rasanble vin tande istwa yo

Se nou k te kòmanse revolisyon

Zansèt nou yo yo pat janm pran nan presyon

Se nou k te kòmanse liberasyon

Kilti nou se nou

Se li k fè nou Gran ».

Ce pays a habité Mika durant ses 20 années de carrière. Depuis ses premiers pas dans la musique haïtienne en tant que professionnel jusqu’à ce samedi 15 octobre 2022 où il a mis le feu à l’Accor Arena avant de tirer sa révérence avec le drapeau haïtien bien maintenu à son cou.

Source: https://lenouvelliste.com/article/238607/mikaben-chanteur-dhaiti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *